Elevage

 Concours d'animaux - Bienvenue à la campagne

Concours-vente de vaches de boucherie

1ère section Génisses Blondes d'Aquitaine - de 3 ans
GAEC des Naudars, 1er, 2ème et 3ème prix - GAEC Cammas, Prix d’Hon-neur génisse et Grand Prix d’excellence - GAEC Bouzinac, Prix d’excellence et Grand Prix d’Honneur génisse

2ème section Génisses Blondes d'Aquitaine + de 3 ans
SAS Sazy, 1er prix et Prix d’Honneur génisse - GAEC d’en Roc, Prix d’excellence, Grand Prix d’excellence génisse et Championne SCEA Sazy élevage, Grand Prix d’Honneur génisse

3ème section vaches Blondes d'Aquitaine - de 5 ans
SAS Sazy, Prix d’excellence et Grand Prix d’excellence vache - SCEA Sazy élevage, Prix d’Honneur vache et Championne -GAEC de Lariaque, Grand Prix d’Honneur vache

4ème section vaches Blondes d'Aquitaine de 5 ans à 6 ans
SAS Sazy, Grand Prix d’excellence vache et Championne - SCEA Sazy élevage, Prix d’excellence vache - Joël Bonnefoi, Grand Prix d’Honneur vache EARL Mazet, 1er prix, Prix d’Honneur vache


5ème section vaches Blondes d'Aquitaine de 6 ans à 8 ans
EARL Mazet, Grand Prix d’excellence vache - GAEC du Vignarès, Prix d’excellence vache - GAEC de Graissac Grand Prix d’Honneur vache - GAEC de Lariaque, Prix d’Honneur

6ème section vaches Limousines de + 6,5 ans
GAEC Couderc Francis et Maxime, et Prix d’Honneur, Grand Prix d’Honneur et Grand Prix d’excellence vache - SAS Sazy, Prix d’excellence vache

7ème section vaches Limousines de - 6,5 ans
GAEC de Lariaque, Grand Prix d’excellence vache GAEC Couderc Francis et Maxime, 1er prix et Prix d’excellence vache - GAEC Belot et Fils, Grand Prix d’Honneur vache Laurent Gary, Prix d’Honneur vache

8ème section Génisses Limousines
SAS Sazy, Prix d’Honneur, Prix d’excellence, Grand Prix d’excellence et Championne - Mathieu Mouilhac, Grand Prix d’Honneur

9ème section Génisses autres races
Mathieu Mouilhac, Prix d’excellence et Grand Prix d’excellence

10ème section vaches autres races
SAS Sazy, Grand Prix d’Honneur, Prix d’excellence, Grand Prix d’excellence vache et Championne - GAEC Carmon, 1er prix et Prix d’Honneur vache - GAEC du Caudier, Grand Prix d’excellence boeuf

Palmarès concours inter-départemental Blonde d'Aquitaine

1ère section mâles 7 à 12 mois
1. Scout, Laurent Saint-Affre (12) 2. Snapchat, GAEC Teulier Quercy Blonde (82)

2ème section mâles 1 à 2 ans 1. Simon, GAEC Enjalbert (12)

4ème section mâles 3 à 4 ans 1. Palace, EARL Catusse Christophe (82)

5ème section mâles de plus de 4 ans 1. Nasser, Cyprien Alcouffe (12) 2. Olentzéro, Nadine Dupin (82)

6ème section femelles de 7 à 12 mois/A 1. Salsa, GAEC Teulier Quercy Blonde (82) 2. Safrane, GAEC Belot et fils (81) 3. Solène, Nadine Dupin (82)

7ème section femelles de 1 à 2 ans/A 1. Salome, GAEC Teulier Quercy Blonde (82) 2. Savoie, GAEC Teulier Quercy Blonde (82) 3. Sublime, GAEC Enjalbert (12) 4. Sylia, Nadine Dupin (82) 5. Sibelle, Jean-Claude Biatge (82) `

7ème section femelles de 1 à 2 ans/B 1. Sveltesse, SCEA Sazy élevage (82) 2. Saturne, Damien Blanc (81) 3. Salee, Laurent Saint-Affre (12) 4. Sissi, EARL Monceret (81)

7ème section femelles de 1 à 2 ans/C 1. Ritournelle, SCEA Sazy élevage (82) 2. Rokepine, SCEA Sazy élevage (82) 3. Rolex, Damien Blanc (81) 4. Raleuse, EARL Catusse Christophe (82) 5. Radieuse, GAEC Belot et fils (81)

8ème section femelles de 2 à 3 ans 1. Romy, Damien Blanc (81) 2. Royale, EARL Monceret (81) 3. Riza, Cyprien Alcouffe (12) 4. Reina, Denis Feriol (82) 5. Rosace, Nadine Dupin (82)

9ème section femelles de 3 à 4 ans 1. Pétula, EARL Catusse Christophe (82) 2. Perle, Jean-Claude Biatge (82) 3. Pivoine, Nadine Dupin (82) 11ème section femelles de plus de 5 ans 1. Mirabelle, EARL Catusse Christophe (82)

12ème section femelles suitées de moins de 3 ans 1. Roxane/Tina, Jean-Claude Biatge (82)

15ème section femelles suitées de moins de plus de 5 ans 1. Lafortune/Trésor, EARL Mon-ceret (81) 2. Lady/Tosca, EARL Monceret (81) 3. Isadora/Tinou, Nadine Dupin (82)

Prix de championnat jeune mâle 1. Scout, Laurent Saint-Affre (12) Prix de championnat mâle adulte 1. Nasser, Cyprien Alcouffe (12) Prix de championnat jeune femelle 1. Sveltesse, SCEA Sazy élevage (82) Prix de championnat femelle adulte 1. Pétula, EARL Catusse Christophe (82) Prix de championnat femelle suitée 1. Lafortune/Trésor, EARL Mon-ceret (81) Prix de championnat suprême 1. Sveltesse, SCEA Sazy élevage (82) Prix d’ensemble : EARL Monceret (81) Prix d’élevage : EARL Monceret (81) Prix de famille : EARL Monceret (81)

 

Palmarès concours départemental Prim'Holstein

1ère section : animaux de 6 à 9 mois 1. Top 22, GAEC de Lagarrigue 2. Shanel, EARL Beaufils 3. Tulipe, GAEC de l’Espérance 4. Tendresse, GAEC de l’Espé-rance

2ème section : animaux de 9 à 12 mois 1. Soraya, GAEC DSJ Gautier 2. Slycôme, EARL Beaufils 3. Sirène, EARL les Coustausses 4. Zag Siblack, EARL Ganza 5. Selene, GAEC de Lagarrigue 6. Starlette, EARL de Pons

3ème section : animaux de 12 à 16 mois 1. Seacôme, EARL Beaufils 2. Solène, GAEC DSJ Gautier 3. Sublime, EARL de Pons 4. Sibérie, EARL les Cous-tausses 5. Spirée, EARL les Coustausses 6. Sauterelle, Christophe Mazuc

5ème section : animaux de 20 à 24 mois 1. Rocciôme, EARL Beaufils 2. Stella, EARL les Coustausses 3. Rolly, EARL les Coustausses 4. Rose, GAEC de Lagarrigue 5. Rave, EARL des Frênes 6. Saphir, GAEC de l’Espérance

6ème section : animaux de 24 à 36 mois 1. Rebecca, GAEC DSJ Gautier 2. Romana, EARL Beaufils

7ème section : animaux en 1ère lactation 1. Phlored, EARL Beaufils 2. Radieuse, GAEC DSJ Gautier 3. Zag Rosette, EARL Ganza 4. Princesse, GAEC de Lagar-rigue 5. Rhéa, Christophe Mazuc 6. Parfaite, EARL de Pons 7. Ritchycôme, EARL Beaufils

8ème section : animaux en 2ème lactation 1. Newcôme, EARL Beaufils 2. Olinka, GAEC DSJ Gautier 3. Ocarina, EARL Beaufils 4. Ombre, GAEC de Lagarrigue 5. Occicôme, EARL Beaufils

9ème section : animaux en 3ème lactation 1. Myrtille, GAEC DSJ Gautier 2. Nostalgie, GAEC de l’Espé-rance 3. Ôcome, EARL Beaufils 4. Mignonne, EARL de Pons 10ème section : animaux en 4ème lactation 1. Monoy, GAEC DSJ Gautier 2. Libourne, EARL des Frênes 3. Idaline, GAEC de l’Espérance

11ème section : animaux en 5ème lactation 1. Indiana, GAEC DSJ Gautier 2. Jacasse, Christophe Mazuc 3. Jamaïque, EARL de Pons 4. Georgie, EARL des Frênes

Championne génisse Rebecca, GAEC DSJ Gautier Réserve génisse Seacôme, EARL Beaufils Championne jeune femelle Newcôme, EARL Beaufils Réserve jeune femelle Phlored, EARL Beaufils Meilleure mamelle jeune Newcôme, EARL Beaufils Championne adulte Monoy, GAEC DSJ Gautier Réserve adulte Myrtille, GAEC DSJ Gautier Meilleure mamelle adulte Monoy, GAEC DSJ Gautier Meilleure laitière Indiana, GAEC DSJ Gautier Grande Championne Monoy, GAEC DSJ Gautier Réserve Grande Championne Newcôme, EARL Beaufils Meilleur exposant GAEC DSJ Gautier

Concours jeunes présentateurs

Classe débutant : Bastien Terral Margot Gautier-Farenc Auguste Lasvenes

Classe 8 à 10 ans Albin Feuillet Léna Gautier-Farenc Ethan Morin Arthur Piquet

Classe 10 à 11 ans Léonie Feuillet Maxence Terral Romain Pizzolitto

Classe 11 à 13 ans Aude Gaillard Raphël Mazuc Adrien Nougayrède

 

 

 

 Les ensilages de maïs approchent : Préparez-vous !

L’ensilage de maïs est un aliment important de l’alimentation de nos animaux. Nous savons tous qu’à 32% de MS, le rendement, la valeur énergétique, la conservation et ingestion sont à l’optimum. Le manque de précipitation en juin et juillet bouscule la croissance des plantes et les parcelles conduites en sec avancent rapidement. Faire le tour des parcelles est le meilleur moyen de prédire la date de récolte. Le grain : l’élément clef !

Après la floraison, des sucres sont produits par la photosynthèse sur la partie haute de la plante. Comme toutes les céréales, les sucres migrent, à la fin du cycle de végétation, vers l’épi pour former l’amidon. A la récolte, l’épi représente la moitié du rendement. Au départ laiteux, l’amidon devient progressivement pâteux puis vitreux. La répartition de ces trois états dans le grain nous renseigne sur la maturité de la plante. Il faut également regarder la tige. Une plante desséchée, par manque d’eau ou présence de pyrale, aura une matière sèche plus élevée de 3 à 4% qu’un maïs vert à l’appareil végétatif très développé.

Surveiller l’apparition de la lentille vitreuse
La période optimale pour ensiler est le moment où les trois états de l’amidon sont répartis de façon homogène dans le grain sur les couronnes centrales de l’épi. Il ne reste alors qu’une goutte de « lait » dans le grain. Malheureusement, à ce moment-là, il est déjà trop tard pour réserver l’ensileuse. Il faut donc anticiper en surveillant l’apparition d’une tache, appelée lentille vitreuse, au sommet du grain. Elle commence à apparaitre 3 semaines environ après l’apparition des soies sur la coque. La matière sèche de la plante est d’environ 25%. Sachant qu’il faut entre 20 et 24 degrés jours (dj) pour gagner 1 point de MS, il devient possible de préciser la date de récolte.

 

Thibault Viguié, Chambre d’agriculture 82

Pour en savoir + abonnez-vous !

Maîtriser le stress thermique des animaux en adaptant son bâtiment d’élevage

Le dernier axe, et pas le moindre, pour améliorer efficacement le confort thermique des animaux concerne le bâtiment d’élevage. La première question à se poser est : le bâtiment est-il suffisamment aéré avec une bonne circulation de l’air ?

Réduire le rayonnement du soleil à l’intérieur des bâtiments
Les translucides en toiture ne doivent pas être posés sur les côtés exposés au soleil !!! Elles entrainent une augmentation de plus de 6°c sur la température ressentie par l’animal ! L’institut de l’élevage recommande la pose de translucides sur les rampants Nord et Nord Est uniquement. Le manque de lumière peut être corrigé par un bardage des façades. Dans les bâtiments existants, les tôles translucides peuvent être recouvertes de l’intérieur par une peinture d’ombrage utilisée par les serristes. Penser également à prolonger les toitures pour créer de l’ombre ou installer des filets d’ombrage. Pour les vaches sortant en pâture, il faut absolument offrir de l’ombre en entretenant une bonne répartition des plantations sur les surfaces pâturées sinon préférer un pâturage nocturne. Isoler la toiture reste intéressante, pour des bâtiments à faible volume. Une épaisseur de panneau isolant de 4 cm suffit pour apporter un mieux sur la température ressentie par l’animal. Il est aussi fortement recommander de choisir des couleurs claires en toiture pour favoriser la réflexion du rayonnement solaire et réduire ainsi la chaleur emmagasinée. Lors de la pose de caméras timeLAps par vos conseillers spécialisés pour observer le comportement des vaches il est possible de mesurer l’impact du rayonnement du soleil par les translucides. Par exemple sur la photo 1 le soleil commence à rayonner sur les logettes de gauche du bâtiment : cette rangée de logettes n’est alors pas utilisée. Sur la photo 2, quelques heures plus tard, le soleil rayonne sur la rangée de logette du milieu qui sont à ce moment désertées par les vaches.

Finalement, les bâtiments fermés ne sont pas adaptés aux périodes estivales. Le bâtiment doit ressembler à un grand parasol, sans aucun frein pour la circulation de l’air. Il faut bien réaliser que les murs emmagasinent la chaleur de la journée pour la restituer en début de nuit. Ce qui limite grandement le rafraichissement du bâtiment. Les aires bétonnées qui encadrent le bâtiment sont elles aussi source de chaleur. L’institut de l’élevage recommande donc de limiter au maximum les hauteurs de maçonnerie sur les murs exposés au soleil (Sud, Sud Ouest et Ouest), et de maintenir au maximum les zones herbagées autour de la stabulation .

Améliorer la ventilation naturelle

Il est important d’avoir un bâtiment permettant une bonne circulation d’air, soit par l’ouverture de portails (sauf si exposés au soleil !), soit par la création d’ouvertures les plus basses possibles en long-pan. Les ouvertures possibles peuvent être :

• Démontage provisoire de bardage (côté Nord et Est)
• Panneaux articulés
• Bardage ajouré coulissant
• Rideaux ouvrants automatiques De nombreuses solutions existent pour tous les budgets Recourir à la ventilation mécanique Si l’on ne parvient pas à avoir une ventilation naturelle suffisante, la ventilation mécanique est à envisager. L’objectif est d’augmenter la vitesse d’air pour faciliter l’évacuation de la chaleur et réduire la température ressentie par les vaches. Cette circulation d’air à haute vitesse (de l’ordre de 1 à 3 m/seconde) va permettre l’évaporation de l’eau en surface de la peau de l’animal qui percevra donc une sensation de fraicheur. Attention, il faut faire en sorte que les ventilateurs mis en place augmentent les vitesses d’air de manière homogène dans la stabulation. Des ventilateurs trop peu nombreux ou mal placés seront pénalisants car ils induiront des regroupements d’animaux pénalisants. Si par exemple seule l’aire d’exercice est ventilée, les vaches vont rester debout pour profiter de cet air, au détriment du temps de couchage. Une combinaison de plusieurs types de solutions peut être envisagée : installer des ventilateurs à pales pour ventiler les zones de couchage ET des ventilateurs à flux horizontal sur l’aire d’accès à l’auge. Il est fortement conseillé de faire appel à des techniciens spécialisés afin de créer une ventilation mécanique efficace. Généralement, les ventilateurs sont équipés de variateur de vitesse. L’accélération est à déclencher entre 16°c et 21°c, pour atteindre une vitesse maximale entre 27 °C et 29°C. Un fonctionnement à faible vitesse en hiver pour renouveler l’air dans le bâtiment peut être programmé, entre 5 °C et 15°C. L’Institut de l’élevage chiffe le coût annuel d’un équipement en ventilation mécanique autour de 47 à 80€/VL/an, avec un amortissement sur 10 ans, en comptant le remboursement de l’annuité et les frais d’électricité. Si l’on doit pour des raisons économiques, se limiter sur le nombre de ventilateur, il faut privilégier la mise en place d’un équipement sur une zone de vie où les animaux sont serrés, et évacuent donc difficilement leur chaleur corporelle. L’aire d’attente est le premier lieu d’inconfort ! Compte tenu du nombre ou du type de ventilateurs à installer, il est fortement conseillé de vérifier que votre installation électrique est adaptée. 

 

Angélique Rodrigues, service Elevage Chambre d’agriculture 82