Productions végétales

Melon : Embellie espérée après un début de saison difficile

Mardi 20 juillet, le CEFEL organisait sur le site de Saint-Laurent à Moissac la première rencontre technique melon de la saison dédiée à la présentation des résultats de la collection variétale chenille semi-précoce. Autour de ce sujet au cœur de la réunion, sont venues se greffer des informations sur la situation du marché et sur l’état sanitaire des melonnières.

L’évaluation variétale
L’exposé des résultats a été comme à l’accoutumée réalisée par Françoise Leix-Henry, technicienne au CEFEL. La collection chenille semi-précoce a été plantée le 8 avril et le début de récolte est intervenu le 2 juillet. Elle se compose de quatre variétés au stade confirmation et de douze variétés au stade introduction. Tour à tour, chacune d’entre elles a été présentée, variété témoin en comparaison, au regard des critères : vigueur (nouaison et début de récolte), grille (début récolte), bactériose (début récolte), tenue de plante, rendement brut à 7 jours et 14 jours, rendement commercial, pourcentage de déchets/fendus, poids moyen unitaire, calibre dominant, IR et éléments de présentation tels que forme, écriture, robe… Les melons issus de cette collection étaient exposés à l’attention des participants, semenciers, techniciens et producteurs, ces derniers étant par ailleurs invités à se rendre dans la parcelle d’essais.

Début de commercialisation compliqué
Marion Mispouillé, l’animatrice de l’AIM a fait un point sur le début de campagne qui démarre difficilement. En France, les surfaces sont stables sur le Centre-Ouest avec 3 500 ha et le Sud-Ouest avec 2 400 ha. Elles sont en augmentation de 250 ha sur le Sud-Est pour atteindre 5 650 ha. Ainsi, le total s’établit à 11 650 ha, soit une hausse de 250 ha, principalement sur la partie Camargue. Pour le Sud-Ouest, les cotations ont démarré le 12 juillet et les prix ont chuté très rapidement en dessous de la moyenne quinquennale. Le melon a été déclaré en crise conjoncturelle en raison de problèmes de consommation du fait du mauvais temps le 28 juin pour une période de 15 jours qui s’achève. Les volumes se situent au niveau de la moyenne quinquennale. L’animatrice a précisé que l’AIM avait engagé un plan de communication exceptionnel pour relancer la consommation.

Contexte sanitaire lourd
“Encore une année atypique du point de vue bioagresseurs.” a indiqué Sylvie Bochu, conseillère à la Chambre d’agriculture. Elle a poursuivi en soulignant “des situations bactérioses très compliquées et pas encore assainies, sur tous les organes de la plante”, générant des inquiétudes pour les fruits. En ce qui concerne le mildiou, “on en voit ressortir” a-t-elle fait observer. Et de poursuivre : “J’ai revu de la cladosporiose, il y a trois ans que je n’en avais pas vue.”, pour terminer sur les taupins, “énormément présents”.

Le ressenti du professionnel
Yvan Poiret est président du Comité de pilotage melon du CEFEL et président du Syndicat Interprofessionnel du melon du Quercy depuis septembre 2020, à la suite de Bernard Borredon. Agé de 57 ans, il est exploitant agricole avec son frère au sein du GAEC de Pechpeyroux à Cézac, dans le Lot. Le GAEC exploite 85 ha dédiés aux céréales, tournesol, semences de betterave et de carottes et bien sûr au melon sur un peu plus de 3 ha. “Depuis mon installation en 1986, j’ai toujours produit du melon. Mon père en faisait avant moi, cela remonte aux années 70. C’est une façon de diluer les risques.” Il évoque ce début de campagne difficile : “Le démarrage 2021 est compliqué par les aléas climatiques, grêle, froid, pluie et les prix qui ne sont pas au rendez-vous. Le soleil est revenu, j’espère maintenant que les acteurs joueront le jeu. On sort d’une campagne 2020 favorable au melon en terme économique. Il faudrait pouvoir continuer ainsi pour avoir des perspectives et vraiment garder les producteurs.”

Article écrit par Dominique Forneris

Communiqué de la  Plan de soutien Préfecture de l’État pour les agriculteurs impactés par le gel

Face à l’ampleur du sinistre, l’État déploie un plan de soutien exceptionnel pour les agriculteurs touchés par le gel. Ce plan se compose de quatre volets : 1. un soutien direct pour la trésorerie des exploitations les plus fragilisées 2. l’indemnisation des pertes de productions : calamités agricoles 3. l’allègement des charges pour les agriculteurs et les entreprises 4. un soutien structurel pour l’équipement des exploitations face aux aléas climatiques Toutes les aides et toutes les informations sont disponibles à l’adresse : www.tarn-et-garonne.gouv.fr/gel2021

A qui s’adresse l’aide de trésorerie d’urgence ?
Il s’agit d’une subvention accordée aux exploitations touchées par le gel, et en situation de fragilité. La Préfète de Tarn-et-Garonne dispose d’une enveloppe de 640 000 € qui bénéficiera à près de 200 exploitants. Les collectivités locales pourront compléter cette aide. Les exploitants concernés sont invités à retourner le formulaire dans les meilleurs délais auprès de la DDT.

Comment être indemnisé des pertes de productions subies ?
Jusqu’au 5 juillet, les producteurs de fruits à noyaux ayant perdu plus de 70 % de leur production peuvent demander une avance remboursable sur le versement de l’indemnisation calamité. Le formulaire (accessible à l’adresse ci-dessus) est à remplir et renvoyer à la DDT. À noter : cette avance n’a pas d’impact important sur le plafond des aides de minimis. Dans la deuxième quinzaine de juillet, les producteurs de cerises pourront déclarer leurs pertes au titre des calamités agricoles. Pour les autres productions, les déclarations ouvriront en septembre, puis en décembre, au fur et à mesure des récoltes. La viticulture sera éligible à titre exceptionnel.

Comment bénéficier des allègements de charges ?
Sans attendre, les agriculteurs peuvent demander un report de leurs paiements auprès de la mutualité sociale agricole (MSA). Par ailleurs, une exonération des cotisations, calculée en fonction des taux de perte et dans la limite de 15 000 €, pourra être accordée par la MSA. Un formulaire est mis à disposition sur le site de la MSA. Le dépôt est possible jusqu’au 8 octobre. S’agissant de la TFNB, le dégrèvement sera établi par les services de l’État avant l’envoi des avis au mois d’octobre. Aucune démarche de l’agriculteur n’est requise pour le moment.

Comment bénéficier d’une aide pour s’équiper en protection antigel ?
Le plan France Relance propose une aide pour l’équipement des agriculteurs face aux aléas climatiques. La démarche en ligne est accessible sur le site de FranceAgriMer : https://www.franceagrimer.fr/Accompagner/Plan-de-relance-Agriculture/Plan-de-relance-Agriculteurs/Aide-aux-agroequipements-necessaires-a-l-adaptation-au-changement-climatique

Quels sont les contacts pour les agriculteurs ?
Le service économie agricole de la DDT est à disposition pour toute question sur les mesures du plan de soutien gel :

- par téléphone au 05 63 22 24 91 ou 05 63 22 24 96 - par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ⇒ formulaire pour demande l’avance calamités fruits à noyaux : https://www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/exploitation-agricole/demander-une-aide-pac/article/demander-une-aide-sous-forme-d?id_rubrique=1&rubrique_all=1 La MSA Midi-Pyrénées Nord a mis en place une adresse pour les exploitations qui connaissent une situation personnelle ou professionnelle difficile, et qui souhaitent un accompagnement personnalisé : - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ⇒ formulaire pour demander l’exonération de charges : https://mpn.msa.fr/lfy/web/msa-midi-pyrenees-nord/soutien/episode-de-gel

La Chambre d'Agriculture continue d'apporter son appui technique auprès des producteurs impactés par le gel. Elle met à disposition ses ressources et son expertise : - par téléphone au 05 63 63 30 25

Communiqué préfecture 

 Gel : la MSA met en œuvre les mesures d’urgences décidées par le Gouvernement

Suite à l’épisode de gel qui a couvert une large partie de la France au mois d’avril, la MSA met en œuvre les mesures d’urgence décidées par le Gouvernement qui mobilise une enveloppe exceptionnelle de 170 millions d’euros pour répondre aux difficultés des agriculteurs et employeurs de main-d’œuvre touchés par le gel. Cette enveloppe exceptionnelle, une fois le dispositif validé par la commission européenne, permettra la prise en charge d’une partie des cotisations sociales des exploitants et employeurs de main-d’œuvre impactés par le gel, en fonction des niveaux de perte.

Pour pouvoir bénéficier de cette prise en charge, les ressortissants du régime agricole doivent remplir les conditions suivantes :
• le chiffre d’affaires ou les recettes afférentes aux activités agricoles doivent représenter plus de 50 % du chiffre d’affaires total ou des recettes totales, • le chiffre d’affaires moyen ou les recettes moyennes de l’un des trois derniers exercices clos liés aux activités impactées par le gel doivent représenter plus de 50 % du chiffre d’affaires total ou des recettes totales de ce même exercice,

• un taux de perte de récoltes de 20 % minimum. Ce taux de perte de récoltes est déterminé en fonction des taux de perte calculés culture par culture par la commission départementale d’expertise. Les assurés de la MSA sont invités à consulter ces taux de perte sur le site web de leur préfecture ou à prendre contact avec leur direction départementale des territoires ou leur chambre d’agriculture.

Un formulaire de demande à compléter et retourner à sa caisse de MSA au plus tard le 8 octobre 2021
Les agriculteurs et employeurs de main-d’œuvre concernés peuvent demander à bénéficier de la prise en charge des cotisations sociales, en remplissant un formulaire accessible sur le site web de leur caisse de MSA. Ce formulaire est à retourner à leur caisse de MSA au plus tôt lorsque les taux de perte sont connus et au plus tard le 8 octobre 2021. La demande sera ensuite instruite par la cellule départementale spécifique mise en place par le préfet de département. A l’issue de cette instruction, la MSA informera de l’éligibilité ou non au dispositif et informera du montant de prise en charge de cotisations sociales accordé avant le 31 décembre 2021. “Nous saluons la mise à disposition de l’enveloppe de 170 millions d’euros pour la prise en charge des cotisations des agriculteurs et employeurs de main-d’œuvre touchés par cet épisode de gel”. Pascal Cormery, président de la Caisse centrale de la MSA. Il poursuit : “Le Gouvernement sait qu’il peut compter sur notre connaissance des territoires ruraux, notre compréhension des enjeux du secteur agricole et notre proximité avec nos adhérents, grâce à nos élus et tous nos salariés, pour répondre aux conséquences des crises et catastrophes agricoles. Nous sommes à pied d’œuvre pour mettre en place ces mesures”.
Toutes les informations sur : mpn.msa.fr/soutien/episode-de-gel Les élus et des salariés de la MSA MPN sont fortement mobilisés pour répondre à la mise en œuvre de ces mesures à destination des exploitations les plus touchées par cet événement. Les travailleurs sociaux, les conseillers en prévention des risques professionnels, les conseillers en protection sociale, les chargés d’accueil… sont impliqués sur les territoires pour accompagner et orienter les assurés.

Communiqué MSA